Image-clé qui ouvre le signe du Bélier

1 belier 1

Remarquons les images-clé qui ouvrent les signes en commençant par celui du Bélier

1er degré du Bélier

Le 1er degré du Bélier est un degré de puissance tranquille ou d’assurance ou un degré de force passionnée selon Janduz

Un homme robuste, de membres un peu lourds, est debout, en marche, sa main droite balance une massue, la main gauche est appuyée sur la hanche; une peau de bête ou une étoffe grossière jetée en travers du corps atténue la nudité. Il donne une impression de puissance tranquille mais décidée.

Ou

Un homme tenant de la main droite une faux et de la gauche une fronde selon le calendrier Thébain.

Ce degré est tout en combativité et en démonstration de force et à tout le moins primaire dans ses réactions.

  • Manifestation virile:
  • Membre
  • Balance une Massue
  • Bête
  • Puissance

Et cela traduit bien le premier signe qui ouvre le zodiaque, tout en puissance jaillissante.

Exemple d'une position vénusienne sur ce degré

Avec le Révérend Père PASSELECQ, nous avons un exemple du fonctionnement du degré selon les planètes qui s'y trouvent positionnées

Sa Vénus est en exil au Bélier, elle ne s'exprime donc pas correctement comme elle le ferait dans son domicile Balance.

PASSELECQ va donc transformer cette puissance marsienne, issue de ce premier degré, en force de persuasion au service d'une cause d'amour ce qui sied tout autant à l'axe Bélier-Balance.

Il va donc contribuer au rapprochement entre chrétiens et juifs dès avant 1940-45 et davantage encore dans le prolongement de Vatican II.

Résistant, prisonnier de guerre évadé en 1940, puis arrêté et relâché en 1941, il est repris par les nazis et déporté à Dachau « un homme tenant de la main gauche une fronde ».

C'est en outre le traducteur de la première bible en français

Vénus 0°34’Bélier Révérend Père PASSELECQ né le 29 mars 1909 à 16 heures 5’ à Ixelles ( Bruxelles ) Belgique état civil INFOsophia

Extrait d'un article le concernant dans Jewish-Christian Relations

Georges Passelecq

Un an après son décès (Maredsous, 27 février 1999), tous les acteurs des relations entre les Chrétiens et les Juifs mesurent encore mal cette perte. Plusieurs articles biographiques lui ont été consacrés et de nombreux amis ont assisté à ses funérailles. Parfois, nous rencontrons, encore, des personnes non informées et il nous a semblé utile de rappeler son souvenir sur le réseau.

Depuis les années trente, il œuvra à toutes les étapes et sur tous les fronts pour l’amélioration de ces relations : dans la clandestinité et dans les camps, pour une meilleure traduction de la bible en vue de sa meilleure connaissance par les Chrétiens, par une évaluation honnête du passé. Il participa à de nombreux comités, commissions, colloques et rencontres. Homme d’études au service d’actions, il a senti l’urgence du travail à entreprendre. Il parlait peu et clair et il entendait agir efficacement.

Nous joignons quelques extraits de discours prononcés lors des funérailles.

Marc-Henri Belleflamme et David Hirschberg, Bruxelles

Jewish-Christian Relations

Idées et questions actuelles sur le dialogue judéo-chrétien

Bélier 1er degré image-clé RP Passelecq Vénus